Se soigner avec la médecine orthomoléculaire Perroy

de | 13 juin 2017

La médecine orthomoléculaire pour le bien-être des cellules

Qu’est-ce que la médecine orthomoléculaire?

Littéralement, le terme « orthomoléculaire » signifie « molécule correcte »
La médecine orthomoléculaire soigne les personnes en apportant des substances qui sont naturellement connues par l’organisme, en se servant de l’allopathie. Ceci s’oriente plutôt vers les effets thérapeutiques de molécules qui ont été créées par l’homme. Ce type de médecine se permet d’user de la « toximoléculaire » en modifiant les concentrations des substances déjà connues du corps humain.

La vitamine C pour illustrer l’orthomoléculaire

Contrairement aux autres mammifères qui font confiance à la nature pour survivre, l’homme occidental moyen manque de vitamines C. Pourtant, la plupart des mammifères condensent leur propre vitamine C en fonction du degré de stress qu’ils subissent.
Chaque être vivant, humains y compris, subissent des erreurs génétiques qui les empêchent de synthétiser l’enzyme L-gulonolactone oxidase. Pourtant, c’est cet enzyme qui intercède dans la dernière étape d’une chaîne de réactions pour convertir le glucose en acide ascorbique.
La médecine orthomoléculaire fournit une correction à cette insuffisance en apportant les quantités nécessaires comparables à celles synthétisées par les autres mammifères, qui est de plusieurs grammes par jour. L’extirpation d’acide ascorbique de telles quantités serait fort coûteuse et pourtant, adopter la nutrition à celle de primates n’est certainement pas compatible avec la civilisation. La médecine orthomoléculaire est une façon de se prémunir contre certaines pathologies. Les oligo-éléments sont largement employés, leur efficacité a été plusieurs fois prouvé à Genève, en Suisse.
La vitamine C de synthèse possède une réelle action. L’acide ascorbique de synthèse a la même composition et la même chiralité que l’acide ascorbique naturel. Sa production sollicite une étape de fermentation en se servant des micro organismes. Les essais cliniques n’ont noté aucune différence d’efficacité entre la vitamine C de synthèse et la vitamine C naturelle du moment où elle est ingérée aux mêmes doses.

Bénéfice cliniques et seuil d’efficacité

Lors d’infections ou de brûlures, son efficacité peut être spectaculaire et très rapide. Toutefois, des essais cliniques en double-aveugle sont exigés par la rigueur scientifique, car la dose nécessaire à l’amélioration varie d’une maladie à l’autre. Certaines études ont démontré le bénéfice de la vitamine C. Ces bénéfices sont qualifiés de nutritionnels.

Toxicité de la vitamine C

Depuis les années 30, la vitamine C est utilisée à toutes doses. Les seuls effets secondaires qui ont étés notés sont la diarrhée bénigne et une action diurétique. Mais encore, celles-ci ne se présentent que lorsqu’on en abuse. D’ailleurs, les études cliniques ont même démontré que la consommation de vitamine C réduit l’incidence de calculs rénaux. Même qu’en présence de métaux de transition, la vitamine C n’a pas d’effet mutagène mais bien au contraire, elle protège les cellules. On peut en conclure donc que, la vitamine C n’est certainement pas toxique.

Avertissement:
Même s’il a été prouvé plusieurs fois que la vitamine C n’est pas toxique, ce n’est pas forcément le cas des autres vitamines et des autres minéraux qui présentent toujours un risque d’interaction avec d’autres traitements médicamenteux. C’est pourquoi il est toujours demandé de consulter son médecin ou à son pharmacien avant d’en prendre.

Se soigner avec la médecine orthomoléculaire Perroy
4.5 (90%) 4 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *