Origine de l’homme ?

de | 16 janvier 2019

L’origine

L’origine de l’homme a pour point de départ la formation d’un noyau universel qui, se greffant à l’Esprit par la Volonté et par la Loi, transporte dans le sein de l’homme le devenir, le vivant et la fin de tout être vivant.

Dès le premier battement terrestre, chaque enfant, en se transformant en adulte, a en lui vivant et puissant le symbole de la Loi Universelle qui le transforme en une créature consciente et responsable, en commençant par l’évolution spirituelle progressive qui, par sa continuité ininterrompue, conduit l’humanité au sommet du savoir et de l’intuition.

L’Univers est constitué d’un ordre complexe de manifestations qui tendent à un devenir continu, transformant la matière en Energie et l’Origine en Perfection.

Formation

Ce principe est déterminé par la loi de cause à effet qui produit ou élimine les actes et les conséquences par lesquels l’homme se déplace et avance. A travers cette phase, l’avenir spirituel de l’être qui achève son cycle humain est esquissé et atteint ensuite la parfaite maturation de l’Ego.

Pour avancer, donc, cette formation est nécessaire, qui s’inscrit dans trois axes principaux : la Douleur, la Connaissance et la Mission.

La douleur inclut la distribution parfaite de cet enseignement à travers un dense réseau de manifestations qui, en éveillant la Connaissance, apporte l’acceptation de tout ce qui est envoyé à l’homme jusqu’à ce qu’il atteigne la Mission extrême d’une vie spirituelle, indiquant par son propre exemple le Bien Suprême que l’humanité atteindra au sommet de son ascension.

Responsabilité

L’homme devra répondre devant l’Absolu de ses actes aussi bien que de lui-même. Il ne suffit donc pas d’accomplir les actions telles qu’elles sont, mais il faut avant tout connaître la part de responsabilité que chaque être a dans la grande image de la vie, qui est composée d’un réseau très dense d’actions et d’effets, dont la cause produit la somme des évolutions individuelles et collectives.

Plus l’homme se perfectionne par la lourdeur matérielle, plus la responsabilité est éclairée par des tâches vastes et importantes. Pour un individu, par exemple, qui se voit confier le bien-être, la richesse, la connaissance, la capacité et la force, le volume de sa responsabilité croît par rapport aux dons reçus, alors qu’il diminue chez un être qui possède ces richesses sous une très petite forme.

La première base de cette direction spirituelle est l’Amour pour le prochain.

Avec ce concept réparti sur toutes ses actions, l’humanité peut porter un énorme fardeau de responsabilité, allant ainsi vers un concept de vie supérieure dans lequel le terme le plus élevé à l’échelle universelle est précisément représenté par cet Amour qui pardonne tout et ne condamne rien.

C’est un long chemin, mais il est déjà là. Les exigences sociales de l’avenir répondront à d’autres responsabilités et, comme l’homme se détache de la matière et de l’égoïsme, de nouveaux devoirs et de nouvelles visions se feront jour.

Les siècles passés sont pleins de ces pas humains lents, pénibles et douloureux mais sûrs et, l’affirmation d’une Humanité supérieure, sera la récompense d’un si long voyage.

L’évolution

Pour atteindre ce sommet, l’homme doit commencer sa propre évolution, depuis son origine, à travers la formation et la responsabilité de ses actions. Ce principe constitue le but de l’ascension évolutionnaire, qui se termine par la perfection absolue de chaque aspect et de chaque connaissance.

Ce principe universel contient la base commune de tout monde, c’est-à-dire la nécessité pour l’homme d’évoluer dans tous les domaines – de la matière à l’énergie, de la pensée à l’esprit, du droit au devoir, de l’individu à la communauté, de la guerre à la paix – jusqu’à atteindre, après avoir atteint la limite maximale de l’évolution, le point où il peut contempler la perfection.

Celui qui obéit, qui commande, qui commande, qui travaille, qui travaille, qui travaille, qui détruit ou qui crée, chacun suit son propre rythme évolutif, et l’humanité future en viendra à concevoir le monde de la matière comme le moyen indispensable et précieux pour atteindre cette étape évolutionnaire, et non comme le centre dominant pour les actions de son propre moi.

Pour accélérer cette marche, une étroite collaboration de la part de chaque créature est nécessaire, car chaque cycle doit atteindre sa propre étape dans le terme spirituel établi par la Loi, qui, ne sachant pas s’arrêter, appelle et pousse.

Un article proposé par : https://divinatoire.ch/voyance-geneve/

Votezici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *