Méditation

de | 14 janvier 2019

Deux thèmes principaux de la recherche parapsychologique peuvent alors être considérés en parallèle :
– les conclusions de la philosophie indienne, et védique en particulier, avec des allusions à la philosophie chinoise et occidentale, grecque et moderne sur Brahman (la force suprême avant tout des divinités, Dieu) : la conscience pure, identifiable à bien des égards au Champ Unifié des nouveaux physiciens, l’absolu des philosophes, le Dieu des religions (conçu comme extérieur au monde occidental, intérieur au monde oriental), philosophie qui est proche, sur le fond, des hypothèses du Champ Uni (ci-après appelée CU)
– La Méditation Transcendantale (ci-après appelée MT), qui rapproche la conscience individuelle de la CU, en atteignant des états de conscience plus élevés, avec des effets significatifs sur l’ordre mental et la santé physiologique en éliminant le stress, et avec des manifestations possibles de phénomènes que la recherche parapsychologique associe déjà à ces états de conscience autres que la veille ordinaire : transe, hypnose, agonie, méditation, etc.
La physique quantique est ouverte au phénomène dit paranormal, au contraire, comme nous le savons, de la physique newtonienne, matérialiste et mécaniste, basée à tort sur l’objectivation et la réduction (sinon la négation totale) de la conscience des éléments. Il faut donc souligner que l’hostilité manifestée par certains scientifiques à l’égard de ceux qui soutiennent l’existence de phénomènes paranormaux est totalement injustifiée et révèle à quel point les préjugés mécanistes sont forts et profondément enracinés, dans le cadre desquels, d’ailleurs, les phénomènes paranormaux n’auraient d’ailleurs guère de chance d’exister.
Ainsi, ces scientifiques négationnistes justifient leur attitude en qualifiant les phénomènes paranormaux d’inconnus de la science. Justification absolument inacceptable puisqu’ils ne les ont jamais étudiés malgré la grande variété de cas, d’expériences, d’hypothèses que leur offre la recherche parapsychologique. D’autre part, la rareté des résultats obtenus par la parapsychologie au sens de « reconnaissance officielle » est également cohérente, comme on l’a dit, avec le « cadre » matérialiste, hostile à ces phénomènes, dans lequel certains physiciens s’orientent encore.
Mais désormais, avec les nouvelles hypothèses en cours d’étude approfondie sur la CU, le cadre pourrait changer et s’élargir suffisamment pour faire place à la paranormalité, à la survie, à l’évolution de la conscience vers le « divin » (la CU, le Champ Unifié).
Je crois que les résultats obtenus par la recherche peuvent déjà suggérer au « cadre » positiviste d’inclure l’existence du même Dieu (CU, Absolu et autres synonymes du Tout) et, par conséquent, de la parapsychologie et de la survie. Tout comme nous, chercheurs en parapsychologie, et en ce qui me concerne en parapsychologie humaniste, nous devrions, pour progresser, être formés en physique quantique, en plus d’avoir une bonne base en biologie et psychologie.
Le leitmotiv de la nouvelle vision de la réalité est, sans aucun doute, l’évolution de la conscience vers ses niveaux les plus élevés, toujours plus proches de l’UC (vers le divin) ; évolution réalisable par la MT (Méditation Transcendantale), l’éthique (c’est-à-dire l’étude de la détermination du comportement humain et la recherche des moyens pour le réaliser) et la connaissance. Cette nouvelle vision de la réalité est très proche de celle décrite (évidemment en termes philosophiques, religieux et mystiques) par la philosophie védique il y a quelques milliers d’années, alors que ce n’est que maintenant que la nouvelle physique revient à l’UC avec des interprétations scientifiques et rationnelles (plutôt qu’intuitives comme dans la première) des phénomènes subnucléaires et microcosmiques tels les phénomènes paranormaux.

En savoir plus : https://voyance.ch/suisse/

Votezici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *