l’énergie quantique

de | 14 janvier 2019

La  » gravité quantique  » est une théorie de la gravité qui s’applique habituellement à la nature physique de l’échelle CU. C’est un niveau de fonctionnement de la nature qui surgit a priori de la géométrie spatio-temporelle classique. A ce niveau, la géométrie spatio-temporelle classique est générée dynamiquement. Il est possible, par la génération d’une influence cohérente soutenue, c’est-à-dire harmonisant au niveau de l’UC, de modifier la courbure locale de la courbure de l’espace-temps de manière à ce que le corps puisse voler.
La  » gravité quantique  » est une théorie de la gravité qui s’applique habituellement à la nature physique de l’échelle CU. C’est un niveau de fonctionnement de la nature qui surgit a priori de la géométrie spatio-temporelle classique. A ce niveau, la géométrie spatio-temporelle classique est générée dynamiquement. Il est possible, par la génération d’une influence cohérente soutenue, c’est-à-dire harmonisant au niveau de l’UC, de modifier la courbure locale de la courbure de l’espace-temps de manière à ce que le corps puisse voler.
Une allusion aux guérisons suggère de considérer l’esprit et le corps intimement liés et tous deux générés par un seul réseau d’intelligence quantique. D’après les dernières découvertes dans les domaines biologique et médical, il est vraiment inévitable d’accepter que l’esprit construit le corps (c’est-à-dire le crée), et non l’inverse. Une caractéristique remarquable de la Méditation Transcendantale (MT) est le ralentissement du processus de vieillissement, comme le démontrent de nombreuses recherches physiologiques et psychologiques. Ceci est compréhensible si l’on se souvient que la magnétoscopie permet le contact avec l’UC, au niveau de laquelle le trouble cosmique n’existe pas.
Un autre phénomène que nous trouvons au cours de nos expériences est l’expérience spontanée de la « conscience cosmique », ou expérience mystique ou extatique, ou de « culmination » ou de « limite », ou de « parfaite harmonie » ou d' »unicité d’intention ». Tous les « synonymes », ceux-ci, pour indiquer « l’état d’unité » auquel on arrive.
Dans « l’état d’unité », on perçoit directement sa propre identité avec l’univers entier. En elle, il n’y a plus de subjectif et d’objectif, interne ou externe, mais tout est Un ; il n’y a plus la moindre trace de souffrance et la réalisation totale est atteinte, le but de la vie de l’être humain.
En ce qui concerne les « états de conscience », je voudrais rapporter, dans un ordre numérique croissant, la classification qui fait de lui le philosophe de la science et de la physique écossaise Norman Robert Campbell : sommeil (1°), rêve (2°), veille (3°), transcendance (4°), conscience (5°), conscience cosmique (6°), superconscience (7°), ou plutôt la réalisation, « l’état de communion » avec le divin, le CU.
Dans les expériences spontanées de la conscience cosmique, connues en parapsychologie, on perçoit parfois les objets matériels comme lumineux, vibrants, presque « vivants », parfaits… ; cela signifie que l’évolution de la conscience va dans le sens de la spiritualité.

En savoir plus :

 

Votezici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *