Efficacité de la toxine botulique Villars-sur-Ollon

de | 13 juin 2017

Du nouveau pour les traitements à base de botox

Les chercheurs de l’université de Berne ont réussi à établir une alternative aux tests de botox sur les animaux dans le but de vérifier la toxicité de ce produit. Les experts ont développé des réseaux fonctionnels en créant un système de mesures sans essais sur des animaux et qui pourtant arrive très bien à tester la toxicité de la toxine botulique. Basé sur une puce, le test devient plus rapide et plus facile.
En effet, le test des botox sur les animaux est devenu moins courante, car les chercheurs genevois ont développé récemment une alternative pour la vérification du taux de toxicité de ce produit sans avoir recours aux animaux.
Le botox contient une toxine anesthésiante qui paralyse les nerfs. La toxine botulique ne s’utilise pas uniquement sur le patient qui souhaite perdre ses rides, mais aussi sur:

  • Les douleurs chroniques,
  • Les hyperhidroses,
  • Les personnes qui louchent.

Le problème avec le botox, c’est que sa toxicité n’est pas stable, un contrôle continu devra donc être effectué sur les médicaments qui en contiennent.
Aux Etats-Unis et dans toute l’Europe, plus de 600 000 souris sont utilisées pour servir la cause de ce test, c’est pourquoi, un groupe de chercheur dont les leaders sont Stephen Leib et Stephen Jenkinson ont décidé d’élaborer une autre méthode.
Cette dernière consiste à mettre sur une puce des cellules nerveuses de souris qui ont été cultivées à partir de cellules-souches. Grâce à cette puce, on peut mesurer l’activité des cellules nerveuses.

 

Plus pratique et plus facile

Les experts ont donc pu élaborer des systèmes de mesures de toxicité du botox sans sacrifier le moindre rongeur. Après 24 heures de traitement à base de botox, toute transmission de signaux en provenance du réseau nerveux cessera.
Le point fort de cette méthode, c’est qu’elle se base uniquement sur les puces et c’est d’ailleurs ce qui la rend transparente et très rapide. Ainsi, l’effet de la toxine peut être continuellement observé.
Pour ce qui est des micro plaquettes, elles peuvent en outre être accessibles et ne demande pas de compétence particulière pour les utiliser.

Botox et soin du visage

Genève est une destination de choix pour la chirurgie plastique esthétique en Europe. D’ailleurs, les protocoles médicaux y sont très favorables. Plusieurs traitements anti-âges performants ont récemment vu le jour pour raffermir et rajeunir au mieux ralentir le vieillissement de notre peau ; le traitement à base de botox en fait partie.
Le traitement à base de botox permet de lisser le front et le contour des yeux pour garder un beau visage sans rides d’expression. A Genève, cette pratique est devenue une monnaie courante. Les Genevoises raffolent de cette méthode qui consiste à une simple injection au visage pour revenir une bonne dizaine d’années en arrière. Effectivement, en médecine, la toxine botulique s’injecte directement dans les muscles du visage. Le résultat est même étonnamment meilleur qu’une réelle intervention comme un lifting, car le patient garde la totalité de ses capacités de mobilité utiles à l’expressivité du visage.

Technique des injections de toxine botulique

Il s’agit de petites injections à seulement quelques millimètres de profondeur qui sont réparties sur les muscles peauciers du front, des inter-sourciliers et sur la patte d’oie. Le botox s’utilise également pour relever la queue du sourcil si celui-ci est attiré vers le bas. Les injections sont quasi-indolores.

Efficacité de la toxine botulique Villars-sur-Ollon
4.6 (92%) 5 votes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *